La fatwa de Mgr Léonard, en supermacho provoc’

Ce n’est pas son premier forfait « dans le genre ». Mais ici, il s’attaque aux lois du peuple belge, qu’il est sensé respecter… C’est bien un anathème meurtrier qui est lancé par ce chef religieux.

En plein discours de Pâques, le prélat catholique suprême de Belgique se permet d’attaquer la loi belge autorisant (non : ‘dépénalisant’) l’avortement. Tout seul, en rase campagne, en dehors de tout débat. Il a remarqué que la loi belge avait 25 ans, le vendredi précédent. « C’est un drame » dit-il, alors que personne n’avait rien remué.

« Il est difficile d’évaluer le nombre d’enfants avortés en Belgique depuis 1990: en tout cas, plus de 300.000″, a estimé Mgr Léonard. Ce chiffre approximatif est odieux : il faudrait lui soustraire les avortements clandestin qui avaient lieu avant l’adoption de la loi et qui auraient lieu si on la supprimait : aucun calcul n’est possible (on a souvent dit que la légalisation n’avait pas accru le recours à l’avortement, mais l’avait sécurisé). Mais aussi il faudrait y ajouter les femmes décédées, ou handicapées à vie, pour des avortements se faisant dans de mauvaises conditions. Et les vies brisées, et la répression qu’implique la clandestinité.

En fait, ce monseigneur ne veut pas VOIR les avortements, il veut qu’ils retournent à la clandestinité. Or le scandale récent qui a frappé son église a souligné ce refus de VOIR ce qui se passait en toute connaissance des supérieurs. Sa démarche d’aveuglément est odieuse.

Et, vous l’aurez constaté, notre prélat parle de mort d’ « enfants ». Il rend le tableau plus croustillant, plus horrible : « Par principe, il s’agit toujours de victimes qui ne peuvent pas se défendre. Le petit enfant dans le sein maternel peut bien tenter, pendant un certain temps, de se réfugier contre la paroi de la matrice, afin d’échapper à l’agression. Mais en vain. Il ne sera bientôt plus qu’un déchet biologique« .

Il nous situe dans son fantasme (il semble penser que c’est toujours l’aiguille a tricoter qui est utilisée) d’une agression. Et fait de nous des gens ayant échappé à un assassinat : « nous avons tous été ce minuscule embryon, ce fœtus dans le sein maternel. Et nous ne sommes ici que parce que nous avons été respectés ».

Par cette initiative, le prélat rappelle que la religion catholique (comme les autres religions monothéistes) est dominée par les hommes, écrite pour les hommes, profondément misogyne, et que ses chefs peuvent dire n’importe quoi sans crainte qu’une femme élève la voix dans la hiérarchie : il n’y en a pas. Et son agression radicale, sans nuance, sans exception, contre les femmes (le recours à l’avortement est toujours une épreuve, on l’a encore souligné récemment avec la question du « devoir de délai de réflexion ») est un exemple de l’abus d’autorité des hommes. Que pouvons-nous savoir de ce qui est ressenti d’une gestation ? Comme vécu, et comme responsabilité ? En tant qu’homme, rien. Alors, taisons-nous. Surtout ceux qui prétendent à l’autorité.

Espérons qu’une « belle et grande voix » puisse trouver les mots pour, publiquement,  faire taire cette fatwa réactionnaire.  Sans ouvrir le débat de l’avortement.

Ajout du 17 avril 2015 : je trouve cette citation (mais la référence n’est pas donnée) d’un texte de Christine Delphy, qui répond de manière très pertinente à la volonté de ce prélat de « sauver des enfants » et de féliciter les associations qui envouragent les femmes à ne pas avorter :

« Nous savons que vous ne voulez pas ‘sauver des foetus’ mais forcer des centaines de milliers de femmes à risquer leur vie, et en faire mourir quelques milliers, afin de terrifier toutes les autres. Pour qu’elles comprennent. Dans quel monde elles vivent. Qui commande. Où est leur place. Nous savons que vous voulez nous faire reculer sur tous les fronts, et d’abord mobiliser toutes nos énergies sur le front de l’avortement, pour nous empêcher d’avancer, pour nous immobiliser. »

Publicités
Cet article a été publié dans Féminisme. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s