Une tentative de viol et ses petits complices ‘collatéraux’

Par le dernier article de Crèpe Georgette « Un trésor si (peu) précieux » http://www.crepegeorgette.com/2015/02/11/tresor-peu-precieux/#more-9550  , j’ai découvert le travail assez odieux de Paris-Match et de son correspondant à New York, Olivier O’Mahony, sous le titre : « Exclu Match — J’ai dîné chez Nafissatou Diallo ».

Ce monsieur se vante d’avoir découvert tout seul le restaurant que la personne ayant pour travail de nettoyer les chambres d’un hôtel Sofitel en 2011, a pu ouvrir il y a six mois. Tout est persiflage et emballage des faits, dans l’article. Extraits.

L’endroit, tout neuf est situé sur Boston Road, une grande artère du Bronx, dans un petit immeuble ancien fraîchement rénové, en briques rouges, juste à côté de la mosquée Masjid Sidiki dont les fenêtres sont rehaussées de l’inscription « God is great ». (Une photo des lieux est jointe). Deux jeunes serveurs, un garçon et une fille, s’activent derrière un comptoir d’où fument les plats préparés du jour, sous l’oeil de la patronne qui les regarde avec un petit sourire. Nafissatou n’a pas changé depuis l’audience au tribunal du 10 décembre 2012, qui entérina son accord avec Dominique Strauss-Kahn et l’abandon de ses poursuites contre l’ex-patron du FMI. Vêtue d’un corsage bleu électrique, d’un boubou coloré, elle est toujours aussi grande, peut-être un peu plus arrondie, et semble surtout beaucoup plus sereine qu’à l’époque. Un léger sourire flotte sur son visage alors qu’elle accueille elle-même les clients. C’est la première fois que je la revois depuis cette fameuse audience. La retrouver n’a pas été facile : Nafi a fait promettre à ses proches de ne pas donner l’adresse de son restaurant aux journalistes. Je m’approche d’elle pour lui parler. “Que se passe-t-il?” me demande-t-elle. Sur mon téléphone portable, je lui montre la photo que Paris Match avait diffusé en décembre 2012, juste après l’audience. Elle pose avec un numéro du journal dans ses mains, assise à côté de son avocat de l’époque Kenneth Thompson, qui avait organisé le rendez-vous, et moi-même. Le cliché avait été pris le soir même de l’audience qui fit d’elle une femme riche, au Union Square Café, à Manhattan, lors d’un dîner où elle fêtait l’événement. J’espère que ce souvenir va lui arracher un sourire. C’est le contraire qui se produit. Nafi me fait “non non” de la tête. Sans un mot, les gestes lents, elle s’en va chercher son manteau, posé à côté de la caisse, s’engouffre dans la porte battante en bois vers la cuisine flambant neuve, où s’activent deux cuisinières, puis disparaît. (…) Elle a refusé toutes les offres de livres qui lui ont été adressées, et toutes les demandes d’interview depuis la fin de l’affaire. Mais l’argent reçu de DSK – estimé à un peu plus d’un million de dollars – a changé sa vie. 

Odieux ? Comme on le constate (c’est moi qui ai souligné), le journaliste diffuse internationalement l’adresse du restaurant, que Mme DIALLO ne souhaitait pas faire connaître sous son nom. Bravo pour la goujaterie. Et il se permet de l’appeler d’un diminutif ‘Nafi’, que rien ne l’autorise manifestement à utiliser, sauf à insinuer qu’elle est une prostituée… Jamais il n’utilise son patronyme. Et il insiste sur son sourire qui serait celui de l’audience de l’accord avec DSK « qui fit d’elle une femme riche ». Aucune référence aux autres audiences, bien moins valorisantes ! Aucune référence même à sa vérité qu’elle a proclamée malgré toutes les pressions.

Non, uniquement une référence à l’argent de l’accord (la notation du « God is great » sur la mosquée voisine prend ainsi son sens) et à l’apparence de ce restaurant, longuement décrit aussi de manière fieleuse : « elle a fait les choses en grand » « plutôt bien tenu », etc., alors que le quartier et le restaurant sont apparemment modestes et en tous cas sans aucun tapage médiatique. D’ailleurs, le ‘paparazzi’ auteur de l’article déclare : « Elle a refusé toutes les offres de livres. Dommage. Elle a tant de secrets à raconter, Nafi. Selon ses proches, elle se reconstruit petit à petit. »  Dommage pour son commerce à lui, un commerce qui se base sur la violence faite à ses victimes… Et un point de plus pour elle, qui n’a pas souhaiter aucunement monnayer une aura médiatique possible. Lui qui s’attendait à ce que ce souvenir la fasse sourire… il l’a fait fuir en réalité.

Peut-être faux ? La description sexiste que l’auteur fait de Mme DIALLO : « Vêtue d’un corsage bleu électrique, d’un boubou coloré… » est accompagnée d’une photo qu’on pense prise sur le vif. Mais cette photo est en fait découpée d’un cliché REUTERS où elle apparait avec son avocat durant les audiences, et déjà diffusée par Paris Match (voir ci-dessus dans la citation le lien à un article du magazine). Et si la date et la référence sont bien données sous la photo de l’article récent, la description induit en erreur et on peut se demander donc si le journaliste a vraiment rencontré la ‘patronne’ dans son restaurant.

Au total, ce monsieur a par son article violé l’intimité, la vie privée d’une femme qui souhaitait du respect, il l’a traitée irrespectueusement, il persifle que seul l’argent a pu justifier son sourire, que c’est une profiteuse.

On dira peut-être : ce n’est pas bien grave. A peine une « absence passagère de jugement ». Oui, vous le pensez ? C’est le dernier argument de défense utilisé par DSK dans l’affaire Sofitel !

Avec ce type de discours, ce paparazzi a surement gagné à sa vision tordue tous les violeurs et tous les ‘clients’, tels ceux qui tiennent de tels discours édulcorés au tribunal de Lille ces jours derniers, tandis que les femmes témoins sont appelées par leur prénom de prostituées. La domination sexiste est si ordinaire, et toujours tellement lucrative. Que, sauf par le moyen d’une loi claire et appliquée, on ne voit pas pourquoi les choses changeraient…

Il faut changer les hommes.

Publicités
Cet article, publié dans Féminisme, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s